Ce soir, ce n'est pas un , mais deux athlètes qui sont mis à l'honneur dans la rubrique "Ils font le Club". Et pour cause, ils font partis des quelques couples licenciés au VVT. Rencontre croisée avec Fella et Nicolas, deux gros moteurs Made In VVT.

 

  • Petites présentations de Madame et Monsieur.

Fella : Une quadragénaire qui travaille dans le socio-juridique depuis trop d’années, qui malgré les apparences est sauvage et solitaire !

Nico : Quarante ans, mais de peu, futur marié si elle ne change pas d’avis, pas d’enfants connus.

  • Depuis combien de temps pratiquez-vous le tri, et comment êtes-vous arrivés au VVT ?

Fella : après 10 ans de boxe française, en 2010 je cherchais un sport où je voulais confronter mes limites. J’ai choisi d’enchainer 3 disciplines en n’ayant aucune notion de natation et vélo. D’ailleurs, je n’ai guère progressé ! A l époque, le choix du club VVT était lié à la proximité géographique, j’habitais Décines.

Nico : 20 ans de vélo et 4 ans de CAP m’ont amené logiquement vers le tri mais il restait une énorme vague à franchir : la NATATION. Elle n’est toujours pas franchie et je la trouve même de plus en plus haute. En fait, je ne sais pas ce que je fais en tri, j’aurai dû prendre le Duathlon. Fait plutôt rare, mais je suis arrivé au VVT grâce à l’OL. J’ai rencontré Sandrine et Richard Persoud sur les bancs de Gerland et nous avons sympathisé. Sandrine m’a alors vendu un club autant passionné de triathlon que d’apéros et de sourires.  L’aventure commençait.

  • Vous êtes LE couple des grosses machines du club. Pas trop dur de vivre avec un(e) triathlète ?

Fella : je ne me considère pas comme une grosse machine, juste une déjantée !!!

Une des raisons pour laquelle nous sommes ensemble, c’est justement parce que nous pratiquions le même sport. Il est plus facile de comprendre les charges d’entraiment de l’un et de l’autre. Bien que mes charges ne soient pas aussi importantes que celles de Nico ! Une femme doit encore continuer à s’occuper des taches ménagères, faire les courses… 

Nico : Pour les grosses machines, on repassera mais pour l’entrainement c’est plus simple lorsque la compagne comprend les charges à effectuer. En revanche, c’est intolérable de rentrer d’une sortie et que le repas ne soit pas prêt ou que ma chemise du lendemain ne soit pas repassée parce que Madame est à l’entrainement. C’est vraiment très dur de vivre avec une Triathlète qui s’entraine.

  • L’année dernière vous avez participé ensemble à l’IronMan de Vichy. Comment on gère ce genre d’épreuve, préparation, pendant et après, lorsque l’on est deux ?

Fella : c’était notre 2ème ironman, généralement les entrainements de natation et de course à pied, nous les faisions ensemble, pour ce qui était du vélo, chacun s’entrainait de son côté ! Moi qui avais choisi un cycliste pour progresser !!!  C’est peine perdue !

Préparer un ironman ensemble, passer l’épreuve, ne sont que des moments de bonheur, de partage et de soutien mutuel.

Nico : La préparation est faite de moments agréables et de moments plus compliqués. Préparer l’IM ensemble permet de se soutenir mutuellement car c’est très rare d’avoir un coup de moins bien en même temps.

La veille, c’est tension, le jour j c’est plaisir et après c’est que tu bonheur : on ressort du placard les bouteilles et on fête ça.

  • Fella, le pire défaut de Nico, et inversement ?

Fella : Parfois ce qui est un peu compliqué chez Nico, c’est son côté trop anxieux et inquiet ! Alors que pour moi ça n’a pas lieu d’être.  Mais c’est surement lié aux origines culturelles : je suis une fille du Sud et lui du Nord, nous n’avons pas la même approche des situations ! C’est ce qui doit faire l’équilibre !

Nico : Sa capacité à changer ce qui est prévu. Nos agendas sont bien remplis et j’aime avoir une vision de mon organisation hebdomadaire en début de semaine : Je planifie ma semaine pour une sortie prévue le weekend et hop le samedi tout bouge et ça peut bouger à nouveau le dimanche.

  • Vous êtes également très investis dans le club.

Fella, présidente de l’organisation du Triathlon. Tu peux nous en dire plus ?

Fella : Que dire de plus, Fred Gallego était investi depuis de nombreuses années et souhaitait cesser son mandat. Il n’y avait pas de candidat pour reprendre ! Ayant déjà la présidence d’un autre club de sport, je me suis lancée. Dans l’espoir qu’une autre personne prenne la relève dans quelques petites années. Mais je ne suis pas seule, il ya toute une armada de copains pour m’aider et ça c’est chouette !

Je ne remercie jamais assez le sport de m’avoir apporté autant !

Nico, encadrant du groupe des petits le Samedi Matin. Si tu pouvais nous en parler un peu plus ?

Nico : Le samedi est consacré à la découverte du vélo et de la CAP. Le cours n’est pas axé sur l’endurance nécessaire à la bonne pratique de notre sport, mais à l’apprentissage des gestes, à l’agilité à la connaissance de ses allures, au perfectionnement des transitions.

Tous ces points font gagner beaucoup de temps et j’encourage les adultes à venir également faire de l’agilité le samedi matin.

Cette année, l’école de tri a enregistré des nouveaux licenciés et l’équipe devait être renforcée. Pourquoi garder son savoir si l’on peut en faire profiter les jeunes. On ne peut qu’encourager la pratique du sport.

  • Début de saison sur les chapeaux de roues, avec de nombreuses victoires et podiums en Véterans, et en duo sur les R&B.  C’est quoi votre secret pour être aussi rapide ?

Fella : C’est l’amour !

Nico : Avant ou après ?

  • Si vous pouviez décrire votre pratique du triathlon au sein du club, vous diriez quoi ?

Fella : amitié, convivialité et solidarité ! Le sport n’est pour moi qu’un support pour créer les liens.

Nico : Ami(e)s, rires, Un groupe. Que du bonheur d’aller aux entrainements collectifs.

  • Quelles sont vos objectifs pour cette saison 2016 ?

Fella : continuer à me faire plaisir sur les courses qui se présentent, pas d’objectif précis !

Nico : Taper Marcel le 15 Août !!!!!!

  • Quelque chose à ajouter ?

Fella : je suis ravie de voir qu’il y ait de plus en plus de personnes impliquées au sein du club avec ce même état d’esprit de solidarité, de convivialité et de partage ! Enfin un peu d’humanisme dans ce monde !

Nico : Longue vie au club et à son état d’esprit.